Tu es celui que l’on ne quitte pas
Tu es l’Autre mais…
Tu ne seras jamais l’un
L
’as-tu déjà été ?

Au moins.

Tu ne lui ressembles pas
Dans ta fougue
Et dans tes lois
Tu ne lui ressembles pas
Sous tes maux
Et sous ta croix

Tu es celui qui ne reste pas
Et celui qui sera toujours là
Tu es ce beau paradoxe
Que personne ne saisira


Tu es l’ivresse d’un bon vin
D’une folie sans lendemains
Cette douleur lancinante
D’un grand amour trop distant

Tu ne lui ressembles pas
Dans tes gestes
Et dans tes mots
Tu ne lui ressembles pas

Puisque toi,

Toi, tu ne restes pas

Il y a mille manières d’aimer.